Du Picolo au Clos…

Si l’histoire de la Vigne de Montmartre remonte vraisemblablement à l’époque gallo-romaine, les premiers documents relatifs aux vignes datent « seulement »  de 944 (Annales du Chanoine Flodoard).

C’est à cette époque que le vin de Montmartre va connaître un essor spectaculaire jusqu’à la fin du 18e siècle, grâce, notamment, aux dames abbesses de l’Abbaye de Montmartre, qui ne cèdent leurs terres en fermage qu’à condition d’y planter des vignes, percevant ainsi la redevance du pressoir. 
Les grands crus de l’époque se nomment alors «La Goutte d’Or», «La Sacalie», «La Sauvageonne», appellations qui seront réunies sous un vocable unique : «Le Picolo de Montmartre».
 Par manque d’argent, les « Dames de Montmartre » sont obligées de vendre. À la moitié du 19e siècle, la vigne est à l’agonie, l’urbanisation y mettant un terme définitif.

Il faudra attendre les années 1930, pour que Montmartre renoue avec sa tradition vinicole grâce au dessinateur Francisque Poulbot, créateur des P’tits Poulbots et de la République de Montmartre, à Pierre Labric, maire de la Commune Libre de Montmartre et à Victor Perrot, Président du Vieux Montmartre, qui décident, pour s’opposer à un projet immobilier, de planter des vignes dont le cru se nomme le «Clos Montmartre», situé à l’angle des rues des Saules et de Saint Vincent, entre l’ancienne demeure d’Aristide Bruant et le Lapin Agile. C’est en 1934 qu’aura lieu la première Fête des Vendanges sous le parrainage de Fernandel et de Mistinguett.

Pour les amateurs de visite, le Clos de Montmartre, situé au 14-18 rue des Saules (Paris 18e), peut être visité sur demande.
Les vendanges ont lieu à l’automne, et sont l’occasion d’une grande fête populaire (nous y reviendrons). Chaque cuvée, parrainée par des artistes, porte le nom d’un montmartrois célèbre.
Pour aller plus loin…
Production moyenne : environ 1 000 kg, 500 litres, 1 000 bouteilles.
 Surfaces : 1 556 m2 (0,15 ha).
 Sols : Sables de Fontainebleau (très siliceux). 
Sous-sol : argiles vertes et marnes à huîtres.
 Masses de gypse. Cépage : 27 cépages dont 75 % de Gamay, 20 % de Pinot, quelques pieds de Sauvignon blanc, Riesling, Muscat, Perle de Csaba, etc.) Âge des Vignes, origine : 1932, remplacements multiples depuis cette date. 
Porte-Greffe : Rupestris du Lot.
 Nombre de pieds : 1 762.
 Densité de plantation : 1 132 pieds/1 000 m2. 
Taille : Guyot simple sur 2 et 3 fils. Rendement à l’hectare : 33,5 hl/ha.

Photo : © Paris Tourist Office – Photographe : Catherine Balet

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Mention légale. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
%d blogueurs aiment cette page :